Jardiner      

 

sans travail du sol

Un jardinage simple, moins fatiguant, plus économique,  sans bécher, sans fraiser, sans sarcler, sans biner, sans même arroser : c’est possible…

Pourquoi c'est possible ?

 

La faune du sol travaille pour nous :

 

Comme les habitants d’un immeuble, les centaines d’espèces animales d’un sol occupent plusieurs étages si la terre n’est pas retournée.

 

En surface la faune EPIGEE découpe les résidus végétaux, les digère et rejette des boulettes fécales. Très petits vers, nombreux insectes, acariens, millepattes, collemboles facilitent la colonisation des débris végétaux par les champignons.

 

En dessous, la faune ENDOGEE (petits vers) se nourrit des racines mortes de la culture précédente, laissant de multiples galeries surtout horizontales qui aèrent la terre et offrent aux nouvelles cultures des circuits de pénétration. Leurs déjections sont la proie des bactéries qui les transforment en aliments de cultures.

 

Traversant ces deux zones, les vers ANECIQUES, lombrics,  ingèrent en surface des débris végétaux, les mélangent à de la terre fine dans leur tube digestif et rejette ce mélange fait d'humus et d’argile.

 

La faune du sol est capable de travailler la terre 

Comment faire ?

 

Eté comme hiver, la terre est couverte en permanence par du foin, de la paille, des feuilles, des composts grossiers, des broyats de branchage, de l’herbe, et autres engrais verts.

 

Cette couverture va remplir cinq fonctions :

 

  • Protéger la terre contre la pluie

  • Favoriser le travail des micro organismes, vers, lombrics....

  • Empêcher l'évaporation de l'eau en été

  • Limiter la prolifération des "mauvaises herbes"

  • Fertiliser la terre en azote, carbone...

Le sol forestier est pour nous un modèle de fertilité dont nous pouvons nous inspirer.

la terre y est riche en humus et la faune y est active.

 

Qu’est ce que l’humus ?

 

C’est une sorte de colle, (un colloïde), agglutinant les particules de terre en mottes stables, résistantes aux pluies.

L’humus désigne la couche supérieure du sol créée et entretenue par la décomposition de la matière organique essentiellement par l’action combinée des animaux, des bactéries et des champignons du sol.

L’humus comme une éponge, est capable de stocker de 10 à 50 fois son poids en eau. Le travail du sol le détruit. 

Zoom sur le ver de terre, véritable jardinier de l’ombre

 

D’après les agronomes, les lombrics constituent l’essentiel de la masse vivante du sol, jusqu’à 2 kg pour 10m2 et remuent jusqu’à 40 kg de sol/m2/an. Pour les sols fertiles bien entendu (car certains sols agricoles  trop labourés et imbibés de chimie ne contiennent pratiquement plus trace de vie…)

Au bout de 10 ans, la totalité d'un sol sera passé dans l'intestin des vers !

Le travail des lombrics permet plusieurs dizaines de galeries par m2 de sol.

Ces galeries facilitent la pénétration profonde des racines dans le sol, ainsi que celle de l’oxygène pour la vie des micro-organismes.


Les paroies des galeries ainsi créées se tapissent de mucus et de bactéries fixant l’azote de l’air, venant ainsi nourrir les plantes 

Ces galeries permettent le drainage de l’eau de pluie, jusqu'à 170 mm d'eau en 1 heure  : voilà pourquoi dans les sols où les pesticides et les labours ont fait fuir nos lombrics, l’eau pénètre moins (1 mm d'eau / h), ruisselle jusque dans les rivières et les fleuves pour occasionner des crues de plus en plus incontrôlables, tandis que les sols auront perdu leurs particules les plus fines et les plus précieuses. 

Trois conseils

pour faire de votre jardin un paradis

pour les vers de terre 

 

 

  • Stop aux pesticides, même bio : la bouillie bordelaise et autres produits fongicides à base de cuivre sont toxiques pour les vers de terre.

 

  • Les lombrics se nourrissant de matière organique, apportez-leur régulièrement du casse-croûte sous forme de déchets organiques (engrais verts, épluchures, résidus de culture, paille ou BRF).

 

  • Ne retournons plus la terre de notre jardin, car cette opération représente la destruction de l’habitat de toutes les petites bêtes utiles. 

 

 

http://www.terre.tv/#/fr/protection-de-lenvironnement/documentaire/276_les-intestins-de-la-terre-prix-du-public-du-festival-du-court-science-frontieres-2007

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now